– Révélations sur nos racines digestives : frugivore, carnivore ou omnivore ?

[Texte : Dominique Guyaux / Illustration : Jo Ross]

Les scientifiques savent en partie quelles ressources alimentaires nos ancêtres ont consommées depuis 7 millions d’années [1]. Ils peuvent analyser les microtraces d’usures gravées à la surface des dents fossilisées. Celles issues de la consommation de viande sont très caractéristiques, tout comme celles de certains végétaux (graines, racines, noix, feuilles et fruits) :

« En analysant, grâce au microscope à balayage électronique, l’émail dentaire on peut découvrir des stries d’utilisation provoquées par le type d’aliment mâché. L’existence de stries verticales et longues indiquent une alimentation à base de viande. Des stries horizontales témoignent d’une alimentation plus riche en végétaux. Par ailleurs, la consommation de feuilles laisse des traces de polissage sur les incisives. Les hommes, omnivores, ont des stries obliques depuis le début.
La proportion de 13 C par rapport au 12 C permet de repérer de rares humains se nourrissant presque exclusivement de viandes (Néandertaliens de Sclayn en Belgique et de Marillac en Charente). Le rapport strontium Sr/Ca calcium est élevé chez les plantes, diminue progressivement chez les herbivores et encore plus fortement chez les carnivores [2] . »

Munis de ces outils, des scientifiques ont analysés de nombreuses dents issues de fossiles datant de périodes très variées. Je me suis intéressé tout particulièrement à l’époque du cueilleur, qui a vécu de – 7 à – 2,5 millions d’années, et n’a jamais utilisé d’outils (les premiers outils découverts remontent à – 2,5 millions d’années), soit durant 4,5 millions d’années.

Or, durant cette période, les fossiles nous disent que nous avons toujours consommé :

  • de la viande, sans être pour autant des carnivores spécialisés, comme le sont les loups, et encore moins des carnivores exclusifs ;
  • des végétaux autres que ceux consommés par les herbivores qui broutent, sans être des herbivores spécialisés, comme le sont les ruminants ;
  • des fruits, sans être pour autant des frugivores spécialisés, comme le sont les chimpanzés, mais en aucun cas des frugivores exclusifs.

Au final, nous ne sommes pas spécialisés, ou plutôt nous sommes spécialisés dans la non-spécialisation et nous pouvons faire feu de tout bois, ce qui est une option évolutive particulièrement intéressante car elle permet de survivre avec des plages alimentaires très variées.

Notons au passage que les sujets qui consomment une ressource alimentaire particulière de façon exclusive sont privés de toutes les autres ressources alimentaires, et donc aussi des micronutriments qu’elles contiennent.

Il est important de rappeler que l’homme a la capacité de répondre à ses besoins énergétiques de deux façons : soit en consommant des lipides, soit en consommant des glucides (et des protéines dans une moindre mesure). Or, durant ces millions d’années écoulés, nos ancêtres sont évidemment passés par des situations très différentes et ils les ont traversées grâce à cette polyvalence. Si notre lignée avait opté pour un régime carnivore ou frugivore, elle n’aurait jamais pu traverser le temps et ses vicissitudes pour que nous devenions ce que nous sommes aujourd’hui. Nos racines digestives ne sont donc ni celles d’un herbivore, ni celles d’un carnivore exclusif et encore moins celles d’un frugivore exclusif.

Nous sommes des omnivores et nous sommes dotés d’outils sensoriels très puissants qui permettent de faire le tri dans cette multitude de ressources alimentaires exploitables [3].

Ceci étant, la question que posent les frugivores qui prônent une consommation de fruits exclusive est : devons-nous consommer exclusivement des fruits pour être en accord avec nos racines digestives ?

Alors que la question que posent les abstinents de la viande (végétariens, végétaliens et autres végans) est : tous les individus doivent-ils s’abstenir de consommer de la viande de façon drastique ?

Sensoriellement, le frugivore ne voit que les fruits ; le carnivore ne voit que les protéines animales ; l’omnivore voit tout.

Concernant les frugivores exclusifs, le premier point à souligner est que ce choix radical ferme l’accès à toutes les autres ressources alimentaires, ce qui est vraiment préjudiciable en termes de santé, tant nous avons besoin de leur richesse en micronutriments. En outre, il a été démontré scientifiquement que plus on consomme de fruits, et plus on réduit la production de l’hormone de satiété par le cerveau : la leptine [4]. Ce qui semble logique dans un environnement où la disponibilité des fruits est naturellement limitée à la saison de maturité.

A contrario, dans notre environnement moderne, où l’on peut accéder à tous les fruits de la terre quasiment toute l’année, il n’y a plus ni limites ni garde-fou. En effet, si manger des fruits diminue la satiété et que l’on ne consomme que cela, alors, si l’on a encore faim après en avoir consommé, on va à nouveau consommer des fruits, qui vont à nouveau contribuer à faire baisser la production de leptine dans le cerveau. D’où un puits sans fond susceptible d’entraîner des dégradations irréversibles de la dentition au bout de quelques années.

Concernant les abstinents de la viande, la réponse est plus complexe. En effet, certaines personnes doivent consommer de la viande pour être en bonne santé, d’autres ne doivent en consommer que très peu, alors que d’autres encore doivent l’éviter à tout prix [5]. Cependant, aucune d’entre elles ne peut consommer exclusivement de la viande et rester en bonne santé, sans se priver d’une part importante de ses ressources alimentaires et de tous leurs micronutriments, tout comme dans le cas des frugivores exclusifs.

Pour savoir dans quelle catégorie se placer, ce que vous devez faire, vous, en fonction de vos origines génétiques et de vos besoins physiologiques, c’est interroger ce fameux système sensoriel [6]. Seul ce sage intérieur pourra vous dire ce que vous devez manger, à ce moment de votre vie, et en quelle quantité ; si tant est que vous respectiez aussi le cadre d’expression naturel de notre système sensoriel périphérique en prenant en compte les différentes catégories de disponibilité naturelle des aliments (permanents, saisonniers et aléatoires).

Ces réflexions nous permettent d’ouvrir un débat d’une portée considérable, car si l’option évolutive omnivore est intéressante en termes de « survie » lorsque la variété d’une plage alimentaire est réduite, par la volonté des individus ou par l’environnement, nous nous trouvons bien dans le champ des réflexions de la théorie de l’évolution de Darwin, c’est-à-dire aux frontières de la vie. Mais l’idée d’une frontière de la vie où se joue la survie sous-entend l’existence d’un « milieu » situé loin de ces frontières, un milieu où la plage alimentaire serait optimale et regrouperait les ressources alimentaires tout à la fois de la forêt, de la savane et d’un environnement aquatique. Or, c’est bien là qu’a vécu le cueilleur originel pendant 4,5 millions d’années, avec une approche sensorielle de l’alimentation et sans rien s’interdire avec sa tête. On sort alors de la survie et du champ de réflexion de la théorie de l’évolution de Darwin pour entrer dans le champ de réflexion de la vie en devenir. Et le chef d’orchestre de cette vie, c’est notre système sensoriel. C’est pour cette raison que j’ai été amené à qualifier ces environnements, où vécurent le cueilleur et d’où tous les membres de notre lignée évolutive seraient issus, de sanctuaires de l’évolution de notre espèce.

C’est dans ce contexte que l’intelligence conceptuelle de notre espèce a puisé ses lettres de noblesse pour émerger voici environ 2,5 millions d’années, et non pas grâce à la cuisson, comme se plaisent à le dire tant de chercheurs anthropocentrés. C’est cette intelligence, issue de l’histoire du cueilleur, qui lui permettra d’inventer l’outil et, du coup, de fabriquer des ustensiles tels que des paniers et autres moyens de récolter et de stocker des ressources alimentaires.

C’est alors que le cueilleur devient cueilleur/collecteur. Au mono-aliment du cueilleur, un seul aliment par prise alimentaire et sans transformation, qui était la règle depuis 4,5 millions d’années, s’est ajouté un nouveau comportement alimentaire consistant à consommer plusieurs aliments différents dans une même prise alimentaire. Que les aliments soient consommés successivement ou sous forme de salades mélangées ou de jus composés, dans l’estomac, le résultat est le même. Or, la digestion simultanée de plusieurs aliments différents est d’une grande complexité pour un organisme qui n’a jamais connu que la simplicité du mono-aliment.

Néanmoins, outre ce problème digestif inhérent au comportement alimentaire du collecteur, deux changements majeurs doivent être pris en compte : la modification de la disponibilité naturelle, dont nous venons de parler, et le recours à une multitude de transformations, car ces deux « nouveautés » perturbent profondément le fonctionnement du système sensoriel.

Les ressources alimentaires des collecteurs étaient les mêmes que celles consommées auparavant par les cueilleurs mais certains aliments ont brutalement changé de catégorie de disponibilité alors que notre système sensoriel n’a pas eu le temps de se caler sur ces nouvelles réalités. Certains aléatoires, comme les protéines animales, sont devenus des permanents à l’époque des grandes chasses organisées en Europe lorsque Homo sapiens y est entré en pleine période glaciaire.

Quoi qu’il en soit de toutes ces digressions, devenu collecteur, l’Homme a globalement continué à consommer des légumes, des fruits et des protéines animales, mais la disponibilité naturelle de ces ressources a été brutalement modifiée (à l’échelle de l’évolution) par cette nouvelle pratique, alors que notre système sensoriel n’a pas eu le temps de s’y adapter. Une porte s’est alors ouverte sur une longue série de dérives non sensorielles dont les frugivores intégristes et les végans abstinents qui nous occupent aujourd’hui font partie.

Et c’est là le nerf de la guerre des racines digestives. En effet, l’approche sensorielle rend caduc le débat omnivore/frugivore/carnivore, car c’est elle et elle seule qui peut vous dire quelle catégorie de ressources alimentaires vous, et vous seul, devez ou ne devez pas consommer.

Pour savoir de quelle manière se nourrir pour vivre longtemps et en bonne santé, il faut résoudre une équation d’une complexité qui dépasse nos connaissances et nos capacités intellectuelles. Un jour, peut-être… on peut rêver mais, en attendant, nous avons tous en chacun de nous les moyens sensoriels de résoudre l’équation d’une santé heureuse dans le champ de la vie en devenir occulté par la théorie de l’évolution de Darwin.


[1] Merceron G., Escarguel G., Angibault J. M., Verheyden-Tixier H., (2010). Can Dental Microwear Textures Record Inter-Individual Dietary Variations?PLoS ONE, 5(3): e9542.

[2] « Comment mangeaient les hommes préhistoriques. Alimentation et Nutrition », Hominidés.com, mai 2019, url: https://www.hominides.com/html/dossiers/alimentation-prehistoire-nutrition-prehistorique.php

[3] Mémoire EPHE de  Dominique Guyaux :

Du cru au cuit : une histoire des conduites alimentaires dans la lignée Homo

Du cuit au cru : une prospective sanitaire issue du passé

[4] « Révélations sur les frugivores », alimentationsensorielle.fr, avril 2019, url : https://alimentationsensorielle.fr/2019/04/28/revelations-sur-les-frugivores/

[5] « Révélations sur la viande », alimentationsensorielle.fr, avril 2019, url: https://alimentationsensorielle.fr/2018/02/15/revelations-sur-la-viande/

[6] Le darwinisme désigne la théorie formulée en 1859 dans L’origine des espèces par Charles Darwin qui expose l’évolution biologique des espèces par la sélection naturelle et la concurrence vitale.

Dominique Guyaux

Dominique Guyaux

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur google
Partager sur email

4 Responses

  1. Toujours un plaisir de lire tes articles, et toujours aussi passionnant tes découvertes 🙂 Merci pour le partage !
    Et le dessin est superbe, et très visuel. Bravo à l’illustrateur.

  2. Bonjour. Petite question ? Les individus ne vivent pas tous sous les mêmes latitudes. Vous parlez pour les occidentaux mais qu’en est-il du régime des habitants des tropiques ? Système sensoriel, climat, soleil tout change.

    1. Bonjour, non, je ne parle pas à des occidentaux, je parle à tous les hommes de la terre car nous sommes tous des enfants des cueilleurs qui ont passés des millions d’années sous les tropiques avant d’atterrir en Europe il y a 45 000 ans environ. Même si ce sont essentiellement des occidentaux qui me lisent actuellement, nous sommes tous dotés de capacités sensorielles extraordinaires. Cordialement, Dominique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :